Pour une fois un post qui ne présente pas un disque mais plutôt quelques réflexions et pistes sur la collection des disques du Kiosque d'Orphée.

 

Un peu d'histoire...

A la fin des années 50, Mr Batard décide de se lancer dans la gravure de disques et créé le label Le Kiosque d'Orphée.

L'entreprise s'installe à Paris (rue des Tours puis rue de Tournelles).

Rapidement l'entreprise connaît un certain succès et la production augmente tout en restant sur un créneau bien particulier: permettre aux artistes amateurs de faire graver un disque vinyle.

En effet le Kiosque d'Orphée est un label d'édition c'est à dire que le label ne s'occupe absolument pas de la partie musicale des disques qu'il grave (les musiciens amènent leurs enregistrements qui sont ensuite gravés sur cire).

De la même façon la quantité de disques pressés dépend de la demande (et du budget) des artistes. Ainsi on peut avoir des disques parus à 200 exemplaires comme à 500.

Le Kiosque d'Orphée va être en activité de la fin des années 50 jusqu'au tout début des années 90 et pressera durant cette période des milliers de disques.

 

Une cartographie de la musique amateur en France...

Le Kiosque d'Orphée ayant eu plusieurs décennies d'activité et ayant pressé certainement quelques milliers de disques différents, il est intéressant de constater que quand on commence à ramasser ces disques on se retrouve face à une mosaique musicale.

En effet les disques du label on l'avantage de dresser un panorama de la musique amateur en France sur 40 ans.

On se rend alors compte que cette musique amateur française a connu bien des courants et des styles. 

Sur le long terme on peut voir les évolutions dans les styles musicaux enregistrés: chanson, chorales religieuses,jazz, beat, psyché, prog, punk, reggae,classique...tous les styles qui ont traversé l'Héxagone se trouve représentés sur le Kiosque d'Orphée.

Au final il est intéressant de voir la permanence de certains courants musicaux et l'arrivée de nouveau styles dans le paysage.

 

Le repaire de l'Underground...

Si le label a connu la reconnaissance dans le milieux des amateurs de disques c'est surtout pour un certain nombre de disques parus sur son catalogue.

En effet le label a gravé sur cire quelques très belles réussites folk, prog ou psychédéliques qui font généralement courir les collectionneurs, s'arrachant pour plusieurs centaines d'euros pour une copie! 

Certains groupes, faute de contrat discographiques dignes de ce nom, se sont résolus à enregistrer leur musique sur Le Kiosque d'Orphée et à faire presser une quantité variable de disques souvent vendus lors des concerts ou aux proches.

Les disques étant sortis en petites quantités, ils sont devenus aujourd'hui extrêmement difficiles à trouver et certains disques sont aussi devenus mythiques auprès de collectionneurs de raretés partout dans le monde.

Acquérir un disque du Kiosque d'Orphée c'est donc acquérir un 'collector'. Mais attention si les disques sont tous rares de part la petite quantité pressée, ils ne sont pas tous recherchés, loin de là!

On peut voir sur les sites de vente de disques des vendeurs essayer de revendre fort cher des disques peu intéressants musicalement, mettant surtout en avant l'aspect rare du disque au détriment de sa qualité musicale intrinsèque.

Il faut bien comprendre qu'un disque de chorale pressé sur le Kiosque d'Orphée ne va pas faire de vous un homme riche. Ces disques n'intéressent le plus souvent personne.

Seuls certains disques sont recherchés et le plus souvent à juste titre! 

 

Voilà juste quelques réflexions que j'avais envie de partager ici. Je ne peux que vous encourager à vous lancer vous aussi dans la collection de ces disques parfois maladroits, parfois passionnants mais toujours touchants quoi qu'il en soit!

Plus la quête est difficile, plus l'objet du désir est cher au coeur de cleui qui le trouve.